Loi Anti-Fake News

Written by on 9 juin 2018

Lutte contre un « fléau » démocratique ou risque de « censure » : les députés ont débattu jeudi, sans aller au bout et dans une ambiance parfois électrique, deux textes LREM controversés contre « la manipulation de l’information » en période électorale, voulus par Emmanuel Macron.

Après huit heures de discussions, la séance a été levée à 1h du matin. L’examen des 157 amendements restants continuera à une autre date, peut-être en juillet.

« L’attitude liberticide, face aux dangers actuels, c’est la passivité », a défendu la ministre de la Culture Françoise Nyssen. Aux critiques, elle a opposé son « ADN de permettre à chacun de s’exprimer », soulignant avoir publié comme éditrice Salman Rushdie ou Asli Erdogan.

Ces deux propositions de loi – ordinaire, et organique pour la présidentielle – visent à permettre à un candidat ou parti de saisir le juge des référés pour faire cesser la diffusion de « fausses informations » durant les trois mois précédant celui d’un scrutin national. Elles imposent aux plateformes (Facebook, Twitter, etc) des obligations de transparence lorsqu’elles diffusent des contenus contre rémunération.

Le texte « ne cible pas les auteurs des contenus (…) mais ceux qui les diffusent (…) principalement les plateformes numériques », dont le « modèle contribue à une gigantesque économie de la manipulation », selon la ministre.

Moteurs de ces textes, annoncés par Emmanuel Macron début janvier, « les tentatives de déstabilisation, notamment de l’extérieur » par « la diffusion virale de fausses informations », selon la rapporteure LREM Naïma Moutchou. La Russie a ainsi été accusée d’ingérence lors de la présidentielle aux Etats-Unis mais aussi en France.

SOURCE : AFP 

Continue reading

Previous post

CANNA…DA/BIS


Thumbnail
Current track
TITLE
ARTIST

Background
%d blogueurs aiment cette page :